suzymuretravsexy

suzymuretravsexy

une nuit au bois ...

L’été dernier. J’avais rendez-vous avec un type rencontré sur un chat homosexuel. Au bois de Boulogne, en voiture. Je m’y suis rendu normalement habillé, puis je me suis vêtue comme sur la photo. J’avais déjà un peu bu. J’ai ingurgité une lampée de whisky (du pure malt des îles) L’endroit était désert, près du pont de Suresnes à 3 heures du matin. En lisière du bois. Il est sorti de sa voiture ; s’est approché. Je suis sortie et, sans mot dire, je me suis dirigée vers une allée sombre, en talons hauts serre taille dim ups, slip dentelle. Il était derrière moi et m'ordonnait de me déhancher obscènement. Il m'a mise a genoux sur un banc. Il descendu mon slip, m’a invitée a écarter une jambe pour l’ôter complètement. Puis, il m'a langué l'anus profondément en me branlant. Puis il m'a travaillé le cul lentement avec ses doigts et du gel en me disant qu'il me préparait pour les mecs qui passeraient. Je sniffais du poppers et j'étais follement excitée. Je gloussais en creusant mes reins, en tendant mon cul.
Il m'a plugguée avec un plug court mais assez gros attaché par des lanières à mes hanches.
Personne  n'est venu. C'était un coin peu fréquenté à cette heure à la fois tardive et matinale. Il m'a fait m'asseoir sur le banc, plugguée. Je me tortillais lentement sur le plug que je sentais dans mon cul, en tripotant mes seins et en gloussant. Il s'est mis a genoux et m'a sucé le clito en caressant mes bas et mes talons hauts. Je lui ai dit que j'allais jouir (votre pute va jouir monsieur..).  Il m'a ordonné de me branler et j'ai giclé sur son visage. Alors, il a frotté son visage sur mes bas en y étalant tout le foutre. Puis il m'a resucée lentement pour me faire rebander. Alors un type est arrivé.

Je n'ai pas vu comment il était exactement : juste une silhouette dans la pénombre. Mais cette présence m'a fait rebander très fort. Mon "maquereau" m'a abandonnée ;  je l'entendais qui parlait avec l'inconnu, sans comprendre ce qu'ils disaient, car ils chuchotaient. J'étais folle d'excitation ; j'ondulais sur le plug en gémissant, bras écartés, mes mains crispées sur le dossier du banc. On m'a ordonné : "ouvre ta bouche, pétasse". J'ai obéis, bien creusée et cuisses écartées, le plug en place tenue par les lanières. Le type est venu devant moi. Il était exactement à la bonne hauteur,car il y avait un petit remblai de terre derrière le banc. Il s'et débraguetté, et ma mis sa bite molle dans la bouche en me disant : "suce putain !"; pendant ce temps, mon maquereau avait ôté le plug. J’ai commencé à sucer le type. Sa bite a vite grossit. Elle était assez courte mais très grosse avec un gland très saillant que je suçais en m'appliquant sur le sillon balano-préputial. Il grognait en disant : "mmm salope...morue…t'es bonne…continue.. en imprimant des mouvements de ma tête avec sa main sur ma nuque. Mon mac s'occupait de mon cul en même temps. Je sentais ses doigts entrer et me lubrifier avec du gel. De temps en temps je resniffais du poppers que j'avais posé à côté de moi. Je pense qu'il a entré 3 ou 4 doigts. Je me sentais une vraie pute et je lappais la bite toute raide comme l'exigeait le 'client. Je sentais que mon anus était tout ouvert ;  mon mac s'amusait à écarter mes fesses à deux mains (pour le contempler sans doute). Le client me demanda de lécher ses couilles pendant qu'il mettait un préservatif. On me fit me lever ; je resniffai le nitrite d’Amyle et ingurgitai une nouvelle gorgée de whisky. Je tenais à peine debout, prête à tout. Mon mac s'allongea dans l'herbe, et je fus mise en 69 au-dessus de lui. Il sortit sa bite que je suçais pendant que je sentais qu'il écartait mes fesses pour me présenter au client tout en matant bien tout. Le type me saisit aux hanches, et entra sa bite doucement dans mon cul, comme pour bien profiter de la salope préparée. Puis il me lima à fond et vite ; je sentais ses couilles frapper les miennes pendant que la langue de mon mac s'égarait partout...

J'avais cessé de sniffer du poppers car la tête m'avait tourné. Mon anus se resserrait un peu. Je sentais bien la bite qui était bien dure et me pistonnait rapidement. Le client grognait.."mm sacrée putain..t'es bonne..ton petit trou est extra.."Je l'ai senti jouir qui crispait ses mains sur mes hanches pendant qu'il gémissait et que sa queue se spasmait dans mon anus.. . Mon mac me suçait la bite, mais je demandais grâce... je n'en pouvais plus... Ils me laissèrent affalée par terre et s'écartèrent.. Je me suis assoupie quelques instants… 20 minutes je pense...Quand mon mac m'a dit "lève toi salope", il était 3h45. Bizarrement, je me sentais en pleine forme. L'autre type était parti... Nous avons regagné la voiture. Je marchais devant, encore plus obscène qu'à l'aller, me déhanchant sur mes hauts talons, mains sur mes hanches, et de temps à autres écartant mes fesses à deux mains pour exhiber ma raie.. j'aurais bien fait d'autres folies, mais mon mac m'a laissée seule à ma voiture...
 J'ai pris le volant en passant mon imper sur mon corps décoré de mes affriolants dessous. Je roulais lentement dans le bois.. Arrivée porte dauphine, j'ai tourné autour… un peu pour voir...c'est l'heure ou, parfois, des partouzeurs cherchent des rencontres...J'ai repéré un gros 4*4 qui tournait aussi lentement autour de la place. Bien qu'immatriculé en Belgique, il avait la conduite à droite...J'ai fait un appel de phare, et je l'ai doublé lentement sur la droite...Haut placé au volant de son gros 4*4, et avec la conduite à droite, j'étais sûr qu'il materait le conducteur que j'étais...Au moment de le doubler, j'écartais largement mon imperméable, dévoilant mes cuisses gainées, mon serre taille, et glissant mon slip de dentelle sous mes couilles afin qu'il vît bien ma queue de salope qui s"était dressée...Je passais devant lui...et il me fit des appels de phares répétés...Je pris la rue de la Faisanderie, pour tourner à droite et reprendre le boulevard Flandrin. Au feu rouge, il s'arrêta à ma hauteur. J'écartais bien mon slip et je glissais un doigt dans ma raie en levant mes fesses....Redémarage..Re appel de  phares...Je trouvais une petite rue déserte...Je m'arrêtai..Toutes lumières éteintes..Il stoppa sur le trottoir en face...J'attendais qu'il me rejoigne.. Après deux minutes d'attente ou je reprenais du whisky et resniffais du popper, je vis son bras qui me faisait signe de le rejoindre...Je me hâtais, un peu chancelante mais hyperintriguée et excitée, pour traverser sur mes hauts talons..avec mon imper...Il était assis sur le siège du passager. Il s’était débraguetté et branlait lentement une grosse bite raide encapotée...J'abandonnais mon imper, j'otais mon slip, et j'ouvris la portière....



14/05/2007
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres